poignee-de-main

7 gestes malins à adopter dès maintenant pour booster vos relations

J’ai écrit il y a quelques temps un article intitulé les 7 gestes stupides qui flinguent vos relations et je dois reconnaître qu’à la lecture des commentaires, il a eu beaucoup de succès. Mais un grand nombre d’entre vous m’ont fait la suggestion suivante : « C’est sympa Romain de nous dire quels sont les gestes qui nuisent à notre image mais tu ne pourrais pas aussi nous dire quels sont ceux qui nous mettent en valeur ? ».

Et bien oui c’est possible, la preuve tout de suite avec cet article. :lol: Je vous propose aujourd’hui de découvrir 7 gestes malins à adopter pour booster vos relations. Apprenez-les une fois pour toute et ensuite utilisez-les à foison. Ils vous donneront une image de sympathie et d’autorité. Ils peuvent même aller jusqu’à augmenter votre confiance en vous.

1) Souriez ! Et stimulez du positif chez vous et ailleurs

Il s’agit du B.A.-BA de la communication non-verbale. J’ai l’impression d’avoir eu l’occasion de le dire des 10zaines de fois sur le blog. Mais autant commencer cette liste par le geste le plus important : le sourire. Le sourire, c’est un peu comme le double effet kiss cool.

Il y a le premier effet : un sourire authentique crée un sentiment de bien-être. Souriez et vous vous sentirez bien/mieux. Il indique également aux autres que vous êtes quelqu’un d’accessible, de nature coopérative et que l’on peut vous faire confiance.

Ça, c’est pour le premier effet. C’est déjà pas mal, non ? ^_^ Le second, c’est l’impact direct que le sourire aura sur la personne en face de vous. Que ce soit un inconnu ou votre ami d’enfance, l’effet est le même. Le sourire va créer un état émotionnel positif chez lui. Sans s’en rendre compte, votre interlocuteur va se sentir à l’aise et apprécier votre compagnie. Pour preuve, en souriant à quelqu’un, vous allez récolter en retour son sourire. Faites le test, souriez à la prochaine personne que vous allez croiser. Si si faites-le, vous allez voir, c’est magique.  :D

2) et (2bis-bonus) Adoptez une posture énergique AVANT une situation stressante

Bien souvent, plus on est stressé, plus on le devient. Alors si je vous disais qu’il existe des gestes que nos amis anglo-saxons appellent les power movements et qui permettent de réduire ce stress et d’augmenter positivement son propre état émotionnel ?

En effet, des études ont montré que le simple fait de positionner son corps de manière expansive pendant 1 à 2 minutes  :

  • augmente le niveau de testostérone, une hormone qui est liée aux bien-être (et autres synonymes de puissance)
  • diminue le niveau de cortisol, l’hormone du stress.

Alors pour adopter une posture expansive, je vous en conseille finalement deux. La première est la position appelée catapulte.

Vous savez, c’est quand vous êtes assis confortablement dans votre fauteuil, les mains derrière la tête et limite les pieds sur le bureau. C’est une position clichée du patron qui impose ses règles. Attention évitez d’adopter cette posture devant d’autres personnes si vous ne voulez pas qu’ils pensent que vous les prenez de haut. Mais avant un meeting important, un entretien d’embauche où le stress peut être de la partie pensez à adopter cette position 2 minutes. Elle vous donnera un max d’énergie. (C’est mieux que le redbull et c’est gratuit) Vous serez plus dynamique.

La seconde posture a le même effet (et ne nécessite pas de chaise). Elle consiste à avoir les pieds bien ancrés dans le sol, légèrement écartés. Posez ensuite les mains sur les hanches et bombez le torse. En anglais, cette position se nomme Akimbo. Il n’y a cependant pas de nom équivalent en français. On dira simplement « Mains sur les hanches » !

Voici pour les deux power movements. Je vous invite à les utiliser AVANT un meeting important ou une situation stressante, et vous verrez que votre confiance en vous en sera décuplée.

3) Montrez aux autres que vous les écoutez grâce à votre gestuelle

Il est important que vos interlocuteurs sachent que vous les écoutez. Les gens aiment que l’on s’intéresse à eux alors autant le faire dans les règles de l’art. Première chose, si vous voulez écouter votre interlocuteur, et bien… écoutez-le et ne faites pas autre chose en même temps. Si vous voulez montrer que vous vous intéressez à ce que dit la personne en face de vous, faites face à votre interlocuteur et ne regardez pas ailleurs. Pour rappel, le corps se dirige là où il souhaite aller. Mieux vaut qu’il soit diriger vers la personne en face de vous.
Et n’oubliez pas d’établir un contact visuel avec votre interlocuteur. Penchez-vous légèrement vers lui, acquiescez de la tête et vous donnerez l’image de quelqu’un engagé dans la conversation, quelqu’un d’attentif.

Il est important d’écouter les gens mais il est tout aussi important qu’ils sachent que vous les écoutez.

4) Pour encourager la collaboration, dégagez votre corps de tout objet superflu

Les obstacles entre vous et votre interlocuteur, mieux vaut les éviter. Je parle souvent des gestes barrières comme croiser ses bras ou bien ses pieds. Ces gestes traduisent un certain stress et ne favorisent pas l’effort collaboratif. Mais mis à part les gestes, on pense peu aux objets qui font eux-aussi obstacle à une bonne communication.

Pour l’exemple, j’ai engagé l’autre jour la conversation avec un espagnol à la terrasse d’un café (j’apprends la langue en ce moment – la verdad, estoy aprendiendo español).  8) La première chose qu’il a faite a été de serrer son sac contre lui (un peu comme sur l’image). Je ne peux pas lui en vouloir, il s’agit d’un réflexe limbique de stress, le temps d’évaluer si j’étais une menace ou non. Quelques secondes plus tard, il avait lâché prise et il était détendu prêt à discuter. Si je n’avais pas conscience de ce geste  et de l’état de stress associé, j’aurais pu croire qu’il ne voulait pas discuter.

Il est donc important de dégager tout objet (tasse de café, sac à main, …) parasite qui pourrait créer ou former une barrière entre vous et vos interlocuteurs.

5) Serrez les mains à tout va ! 

Le toucher est un signal non-verbal des plus primitif. Toucher crée un lien unique avec vos interlocuteurs. Dans le monde professionnel, il est donc important de bien savoir serrer les mains. Si elle est bien réalisée, la poignée de main laisse un sentiment positif envers l’autre personne et on se rappelle plus facilement de vous. C’est pour ça qu’il est important d’aller saluer les gens, lors de meetings ou quand vous arrivez dans un endroit rempli d’inconnus. Si vous entrez dans une salle de réunion où des personnes sont déjà présentes, pensez à aller saluer chacun d’entre eux en leur serrant la main plutôt que de faire un geste de la main général et impersonnel.

6) Faites semblant de prier pour paraître plus confiant

Si ça peut vous rassurer, ce geste n’a rien avoir avec la religion. En anglais, on appele ça le steeple. En français, cela ressemble à un geste de prière mais c’est pas tout à fait ça quand même.
Le steeple traduit une grande confiance dans ses propos. J’en parle plus en détail dans cet article. Il est d’ailleurs très souvent utilisé par les politiciens dans leurs discours. Il permet d’apparaître confiant, d’affirmer une certaine autorité et surtout la valeur du discours est accentué par ce geste.
Si vous l’utilisez dans vos prises de parole en public, votre message aura plus d’impact. Il montrera que vous savez de quoi vous parlez.

7) Usez des pouces pour développer votre autorité

Les pouces sont synonymes de puissance. Si vous voulez paraître plus puissant, mettez en évidence vos pouces. Sur la photo, la personne apparaît décontractée, sûr d’elle. Ce geste est utilisé par les gens dits « cool ». Je vois parfois des photos où au contraire les pouces sont dans les poches et les doigts de la main ressortis. Je déconseille. Il faut mieux faire l’inverse, sinon on paraît timide ou peu sûr de soi.
Si vous voulez montrez montrer aux autres que vous avez confiance en vous, pensez toujours à mettre en avant vos pouces d’un manière ou une autre. L’exemple de la photo est le plus commun et ça passe comme une lettre à la Poste.

Et maintenant

Vous venez de découvrir ma liste magique du langage corporel. Si certains de ces gestes font partie de votre répertoire, surtout gardez-les et prenez conscience de l’impact qu’ils ont dans vos relations et de la façon dont on vous perçoit ainsi.

Observez ces mêmes gestes chez vos interlocuteurs. Comment vous sentez-vous face à ses personnes ? Il y a de fortes chances pour que vous les appréciez. Je suis par contre bien conscient qu’il s’agit ici d’une liste qui peut être complétée. C’est mon best-of de gestes mais il y a en d’autres….

Quels sont ceux que vous voudriez ajouter ?

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Envie de vous exprimer ?

53 réponses
  1. Fred says:

    Salut,
    Un geste que je fais quand je vois quelqu’un et que je vous lui montrer ma sympathie et mon plaisir de le voir, c’est de lui montrer mes paumes de main. Un peu comme dans la photo mais les bras moins haut, l’humerus est le long de mon corps et l’avant bras à 45° de ce dernier. Avec le sourire et le « ça me fait plaisir de te voir » :wink: . Ton avis, Romain ?
    Petite question : Lors de la poignée de main, l’autre main « enveloppe » l’avant bras de l’autre (piqué aux hommes politiques :wink: ). Bonne idée ou pas ? Merci.

    Répondre
    • Romain says:

      Je pense que tu as raison Olivier. Après, devant un Président, est-ce que cela aurait été bien vu ? Mais j’accorde que Zuckerberg est le genre de personnage que l’on verrait volontiers avec le pouce en dehors de la poche.

      Répondre
  2. Julien says:

    J’utilise déjà naturellement les gestes 3 et 7. On pourrait ajouter que quand on écoute quelqu’un il faut le regarder dans les yeux mais trop. Moi j’ai tendance à alterner le regard entre les yeux et la bouche de mes interlocuteurs, je ne sais pas pourquoi.

    Je connaissais pas les gestes de la 2. Ça ressemble à des étirements. Les étirements aident bien à se détendre les muscles et donc le corps. On se sent plus léger. Je vais les mettre en application tout de suite, ça va me servir ça.

    Par contre la 6 j’ai peur que ça fasse un peu trop cliché et prétentieux. Je m’explique : Je vois souvent cette position dans des films. C’est en général un homme peu recommandable qui l’utilise du genre mafieux, homme d’affaire véreux ou politicien. Du coup pour moi ça fait effectivement sur de soi mais aussi baratineur.

    Ah ! Et je sais que je dois travailler mon sourire, mais j’aime pas ma tête quand je souris. :D

    Répondre
  3. Santoryo says:

    Très bon article comme toujours, c’était moi qui avait demandé :] et j’en suis ravi que tu ai écrit cet article ! merci Romain ! :D

    Répondre
  4. Jean-Yves says:

    Yes très bonne liste !

    Tu as raison de préciser pour la 2 qu’il est déconseillé de le faire devant d’autres personnes !
    Surtout quand on n’a pas l’habitude ! C’est une posture d’extrême confiance, qui est difficile à réaliser naturellement, à moins de s’appeler Horatio Caine.

    Répondre
  5. Perceval says:

    Très bonne liste. Mais je pense qu’il faut d’abord et avant tout « la confiance en soi ». Parce ce que quand n’a pas confiance en soi, je ne pense pas qu’il serait possible de mettre en pratique cette liste.
    Merci

    Répondre
  6. claire says:

    Bonjour Romain,

    Voilà un article très intéressant.
    Je ne savais pas pour les pouces.

    Quant au point 2, c’est là une des pistes essentielles du langage corporel.
    Je ne sais pas si tu connais Isabelle Filiozat… elle utilise énormément le corps en thérapie, et affirme que les positions corporelles correspondent à un état physiologique particulier (oui bon ça tout le monde le sais) mais que de se placer dans certaines position permet de recréer un état émotionnel particulier ‘un peu comme fonctionnerait l’ancrage.
    Pour faire simple: on ne peut ressentir de la tristesse dans une position d’ouverture et de joie, le corps étant le siège des émotions. Et elle utilise donc certaines position à des fins curative (elle est pédopsychiatre).

    Cela m’intéresserai beaucoup si tu pouvais nous en dire plus sur le sujet en lien avec la communication non verbale, pourquoi pas une idée d’article : Langage corporel et biologie interne.
    (bon je soumets mon idée à la liste déjà très longue, j’imagine, des sujets que l’on te soumet ;) )

    Merci d’avance
    Bonne journée

    Ps: J’oubliais, le troisième effet kiss cool du sourire, c’est qu’il améliore la sonorité de la voix.

    Répondre
  7. Johann says:

    Merci pour ces rappels. Ces gestes sont vraiment très simple pourtant ils changent tout pour peu qu’on prenne le temps de les pratiquer.

    Quand j’ai commencé à vouloir améliorer mes relations, chaque semaine je me forcais à appliquer une bonne attitude clé tous les jours jusqu’à ce que ça devienne un automatisme…Et la semaine suivante je passais à une autre… et ainsi de suite :)

    Répondre
  8. tom74 says:

    les gestes les plus importants sont ceux que tu as cité, mais je prends soin de les détailler :

    - les sourires : francs, sincères et emphatiques … je vous assure que le gain est ENORME ! (et on sourit avec les yeux)

    - La poignée de main, EN REGARDANT VOTRE INTERLOCUTEUR. Y’en a marre de ces gens qui vous serrent la main, et qui sont déjà en train de faire autre chose. (regardez les politiques en campagne, c’est flagrant).
    Attention au poignée de main qui font mal (perçu comme de l’agressivité ou une tentative de domination) ou les poignée « steak », c’est à dire flasque (insupportable)

    - La posture du corps : droit, sans être rigide. De face, sans entrer dans la sphère intime (qui sauf en cas d’attirance sexuelle chez les 2 partenaires, provoque de l’inconfort)

    Et pour être un peu manipulateur, vous pouvez très légèrement pencher la tête : c’est un signe de confort, d’acceptation de l’autre, voir pour certain, de soumission. En tous les cas c’est ressenti la majorité du temps comme quelque chose de positif.

    Il est vrai que l’opinion des gens se font dans les premières secondes (6sec dit-on). Quand j’ouvre la porte à mes candidats, je fais très attention à ce qu’ils dégagent ces premiers instants, même s’il faut bien-sur avoir la capacité de réviser son jugement par la suite. (l’important c’est de le savoir)

    A+ et merci Romain … on attend d’autres articles avec impatience !!

    Répondre
  9. grégory says:

    chere romain, je voudrais savoir se que signifie une personne qui ne clignent pas des yeux quand elle parle et qu’elle as les yeux écarquiller ? est ce que c’est un signe pour ne pas montrer que la personne ment ouvertement et qu’elle veut croire à son mensonge?? merci d’avance pour votre réponse!

    Répondre
  10. Nicolas FORMOSO says:

    Bonjour Romain,

    merci pour cet article ! Je pratique de façon naturelle les points 1,2,3,5,6 et 7 , et pour donner un élément de réponse à Perceval, je suis quelqu’un qui a un problème de confiance en soi ! Donc je pense que ces gestes qui améliorent les relations ne sont pas réservés aux personnes en manque de confiance. Par contre, j’ai tendance à avoir un objet dans les mains ou en opposition, c’est le manque de confiance qui parle ! Sauf que depuis quelques années, je m’en rend compte immédiatement et retire tout de suite l’objet parasite pour afficher une ouverture vers mon interlocuteur, et la discussion bizarrement s’enrichit !

    Répondre
  11. Xavier says:

    Bonjour Romain,

    Je suis tombé sur votre site après en avoir entendu parlé par Jean Sommer, un de mes amis (que j’ai d’ailleurs interviewé moi aussi!), et j’ai donc lu quelques un de vos articles.
    J’éviterais de m’étaler sur nos (surement trop!) nombreux désaccords d’un point de vue non-verbal, j’aimerais savoir quelle part vous réservez à l’authenticité dans le cadre d’un conseil? Je m’explique:

    C’est un peu la mode dans le non-verbal: les gestes qui trahissent, ceux qui vous séduisent, etc… Le résultat, je le vois quelquefois dans mon travail, c’est d’enlever tout ce qui fait le charme d’une personne ou d’une relation, à savoir sa spontanéité.

    Je voudrais juste connaitre votre démarche, si par exemple, vous auriez à former un groupe de personne…

    Cordialement

    Répondre
    • Romain says:

      Bonjour Xavier,

      Merci pour votre message.

      Les désaccords ont du bon, ils font avancer les choses. ;)

      Comme vous le savez, le langage corporel dispose de plusieurs écoles. Chacune d’entre elles ayant sa méthode et ses subtilités propres. Celle que je privilégie sur le blog est l’approche « terrain » avec l’observation mise au premier plan. En effet, il est bien de connaître la signification des gestes, encore faut-il les repérer.

      Je suis intimement convaincu que l’apprentissage du non-verbal doit se vivre. C’est pourquoi aller dans la rue, prendre note de ses observations fait partie du processus d’apprentissage. C’est d’ailleurs à ces occasions que l’on retrouve la spontanéité humaine dont vous parlez.

      Si j’étais amené à former un groupe (et ce projet est plus qu’en réflexion), elle se fera dans la rue et carnet de notes au poing car je suis intiment convaincu que pour qu’une connaissance devienne une compétence, on ne peut se passer de la pratique.

      Répondre
      • Xavier says:

        Bonjour Romain,

        Vous ne répondez pas vraiment à la question. Je vais donc être plus précis.
        Qu’est ce qui nous prouve que votre analyse est plus pertinente qu’une autre?
        Je ne classe pas les disciplines, comme je vous disais en privé, je ne suis pas sectaire, mais certaines sont plus poussées ou sérieuses que d’autres.

        Ce qui me dérange, en tout cas dans votre approche, c’est l’assurance systématique de vos analyses. Moi, cela a beau être mon métier, je reste persuadé que celui qui aura la vrai réponse à mes analyses, c’est la personne analysée elle même.

        C’est le problème avec la communication non-verbale, du moins dans son approche actuelle: vouloir à tout prix décoder pour prendre l’ascendant sur son prochain. Je suis d’accord avec vous, sortir dans la rue pour pratiquer, c’est effectivement une approche intéressante (quoiqu’avec l’ère d’internet, on peut avoir les vidéos que l’on veut, du monde entier), mais si vous n’avez pas une base acquise solide en lexique corporel (il suffit de lire un mauvais livre d’un mauvais auteur), vos analyses ne seront qu’une résultante de VOTRE interprétation. J’ai écris un article sur mon blog qui parle un peu de ce sujet:

        C’est ça l’analyse du non-verbale: si vous mettez 10 analystes dans différentes pièces, pour étudier une même vidéo, vous devrez arriver à un même horizon de sens.

        Je sais que vous êtes une personne ouverte et que cela devrait vous parler, c’est pour cela que je suis presque gêné de vous dire cela, c’est presque un manque de savoir vivre de ma part.

        En tout cas, je vous prie de m’excuser si mes propos vous dérange, et s’ils ne vous conviennent pas, je ne vous en voudrais pas de modérer.

        Cordialement,

        Répondre
  12. Romain says:

    Bonjour Xavier,

    Merci d’avoir pris le temps d’étayer votre raisonnement. Vous soulevez plusieurs points que je vais tâcher de commenter dans les paragraphes qui suivent.

    Premièrement, le critère de la pertinence des analyses sur ce blog. Cela ne fait aucune doute, chaque analyse (et celles du Décodeur du Non-Verbal à fortiori) passe à travers un filtre personnel. On ne peut s’y soustraire par l’essence même de l’unicité de l’individu. Les analyses que vous trouvez ici sont bâties sur un solide socle de connaissances et de compétences acquises par de l’expérimentation terrain. C’est la façon la plus transparente que je puisse offrir pour transmettre mon savoir à mes lecteurs.

    Comme vous, je ne suis pas non plus sectaire et suis prêt à ce que mon jugement soit remis en cause. A ce titre, j’encourage d’ailleurs mes lecteurs à travers cet article à se faire leur propre opinion et à garder un esprit critique sur leur apprentissage. Je pense que cette démarche permet de faire avancer le domaine dans le bon sens. D’ailleurs, les échanges et les analyses sur la page Facebook du blog le montrent bien. Chaque pierre et perception apportées à l’édifice par l’ensemble de la communauté du blog permettent de construire une vision généralisée représentative d’une réalité (je n’ai pas dit la). Je ne m’égarerai par contre pas sur les aspects métaphysiques de la réalité car mon domaine de compétences s’arrête bien avant cela et parce que le blog a pour vocation d’expliquer et de partager de manières simple et accessible le langage du corps.

    Deuxièmement, il y a une tendance évidente d’embrigader le langage du corps dans la direction de la prise de contrôle d’autrui, dans la prise d’ascendant de son prochain. C’est clairement ce qui fait vendre et ce qui se vend. Pourquoi ? La nature humaine bien qu’elle puisse être tentée d’être idéalisée (monde de oui-oui) tend à maitriser les éléments qui l’entoure, qu’ils soient humains ou matériels. Le langage du corps n’y manque pas. Mais je ne suis cependant pas tout à fait de cette école. J’entrevoie une grande part de ce domaine sous l’angle de l’empathie. Je pense que vous me suivez sur cet aspect. Le fait de ressortir et de comprendre les émotions d’autrui permet d’adapter sa réponse en circonstance et de fournir une communication plus saine ainsi qu’un environnement de communication plus positif pour l’autre.

    Troisièmement, je vais rebondir sur les vidéos. il s’agit certes d’un bon entrainement mais encore une fois ce n’est pas mon approche. Je reste convaincu qu’il faille laisser une grande part à l’expérimentation live afin d’internaliser sa connaissance du lexique corporel. Comment mettre sur pause les gens que vous rencontrez ensuite ? Ce qui m’intéresse dans le langage du corps c’est de pouvoir le vivre dans sa vraie nature. C’est d’ailleurs pour cela que les micro-expressions, bien qu’elles soient à la mode, ne m’intéressent que dans une moindre mesure.

    Pour terminer, l’article sur votre blog est très intéressant et je crois que l’image de l’autre qui puisse être créée par des éléments extérieurs avant même la rencontre est à prendre en compte dans ses analyses sous l’égide du contexte, une règle essentielle pour éviter les erreurs.

    Comme je vous l’ai mentionné en privé, je suis prêt à vous donner l’occasion de vous exprimer sous forme d’un article sur le blog. Ce sujet de la fiabilité des analyses ou de l’utilisation du langage du corps pour une communication saine pourrait offrir une vision très enrichissante à l’ensemble de la communauté.

    J’espère avoir pu répondre cette fois-ci plus clairement à vos questions.

    Romain

    Répondre
    • Xavier says:

      Vous parlez d’un socle de connaissance acquise sur le terrain.
      Feriez vous confiance à quelqu’un qui se dit chirurgien et qui vous dit qu’il n’a pas le diplôme, mais qu’il a une solide base acquise sur le terrain? La pratique et la théorie sont complémentaire, et même en médecine, il y a un code de déontologie.

      Le terrain c’est bien, mais si vos analyses sont faites à partir juste de votre interprétation, ce n’est pas scientifique, ce n’est soumis à aucune réfutabilité, et une autre personne ne verra pas la même chose que vous.

      C’est en effet mon problème avec vos écrits, c’est de dire « je le fais parce que ça plait et que ça marche », alors que la réalité de la communication, dans un objectif d’apprentissage et de savoir, c’est l’échange, et non pas imposer sa volonté à l’autre.
      Imaginez qu’un recruteur, ou un demandeur d’emploi, soucieux de trouver une solution à un problème non verbal, lise sur votre blog une interprétation d’un geste, qui se révélera être fausse, incomplète ou incorrecte. Si cette personne ne fait pas un travail critique en amont (comme beaucoup d’internautes qui ne cherchent qu’une réponse à une question), elle va initier ce qu’on appelle un « délit de sale geste ». Tu te grattes le nez? T’es un menteur. Et je ne t’embaucherais pas!

      C’est cette méthode qu’il faut revoir, car la communication doit être un échange EQUITABLE. Ce n’est pas parce que la nature humaine, soit disant, est de prendre un ascendant sur l’autre qu’il faut s’y conformer. Je pense que l’humain vaut bien mieux que cela, et que justement les grands théoriciens de la communication vont en ce sens.

      Lisez les quelques livres que je recommande sur le non-verbal, ainsi que mon petit livret, qui parle beaucoup d’éthique.

      En tout cas merci de votre ouverture sur ce dialogue!

      Répondre
      • Romain says:

        Je comprends tout à fait que l’on puisse avoir des avis différents sur l’approche. Celle-ci a le mérite d’exister en toute transparence et est ce qu’elle est, portant avec elle ses avantages terrain et ses inconvénients que vous mentionnez. Par chance le web est grand et votre blog fournit ces éléments éthiques que je ne traite pas ici et qui intéressera celui qui le désire. Par contre, je ne remettrais pas en cause l’intelligence de mes lecteurs à savoir, d’avoir un regard critique sur le contenu de ce blog.
        Pour ceux qui estiment ce blog dépourvu de socle scientifique, je m’en remets à des références telles qu’Ekman, Pease ou bien Joe Navarro qui, il me semble, restent des pointes du domaine.

        Répondre
  13. Xavier says:

    C’est une réponse très stratégique que vous faites là!
    Ekman, on est bien d’accord: c’est une pointure du domaine. Un grand monsieur.
    Pease, je ne connais pas. J’ai passé le nom sous google, j’ai parcouru les ouvrages: ça tente de faire dans le sensationnel. Je me ferais une opinion en lisant si j’en ai le temps.
    Joe Navarro, j’en suis tout compte fait assez déçu.
    Je suis en tout cas heureux que vous ne me citiez pas Joseph Messinger.
    Matsumoto est une bonne référence aussi. Mais il n’y a pas que les anglo-saxons. Je trouve que Guy Barrier fait un travail fantastique d’universitaire dans le non-verbal. Et c’est un anti-gourou de la communication (ce que veulent faire la plupart des gens en faisant du non-verbal).

    L’éthique, en soi, qu’est ce c’est? Quelles sont les valeurs qui vous animent?

    J’ai vu votre façon d’écrire, de communiquer, vous êtes une personne qui a la volonté de bien faire. Mais il faut bien faire attention à ce que l’on véhicule. Combien de personnes prennent très au sérieux ce guide sur la détection du mensonge? Et combien de professionnels l’utilisent aussi?

    Je pense que nous pourrions en débattre en privé dans la suite des événements, je n’ai pas envie de polluer vos commentaires ;)

    Répondre
    • Jeremy says:

      « Lisez les quelques livres que je recommande sur le non-verbal, ainsi que mon petit livret, »

      « J’ai vu votre façon d’écrire, de communiquer, vous êtes une personne qui a la volonté de bien faire. Mai il faut bien faire attention à ce que l’on véhicule. »

      Ne voulant en aucun cas paraître irrespectueux, vous véhiculez là l’image d’un donneur de leçons, avec une pointe d’arrogance.

      Ceci dit, l’apprentissage terrain permet de vivre la situation en condition réelle. Pouvons nous mettre sur pause lorsque l’on a une personne en face de nous ?
      De plus, elle permet de « ressentir » les choses. Point ô bien important trop souvent exclu de la « science ».

      Répondre
  14. Ludovic says:

    je viens de tombé sur ton blog merci pour ces conseils ;). Par contre pour la position main derrière la tête faut t’il croiser les doigts ou juste mettre une main par dessus l’autre ?

    Répondre
  15. Noé says:

    Bonjour Romain,
    j’ai beaucoup apprécié ton livre et notamment l’astuce, comment savoir si une personne ne dit pas la vérité.
    Je repasserai lire ce blog, c’est sûr!
    Merci :D

    Répondre
  16. Dan says:

    Dans un 1er temps, voici quelques pensées en VRAC :
    Je reste perplexe face à tout ce qui est dit ci-avant. L’echo positif recherchés par ceux qui m’abordent à l’aide d’une gestuelle « sans défaut », m’invite à chercher l’erreur ; évidement il y en a une, elle est souvent de taille. Alors je préfère les attitudes SPONTANÉES qui révèlent les qualités et les défauts d’une personne ; au moins je sais à qui j’ai affaire ; cela peut m’éviter de perdre mon temps ; et l’autre d’ailleurs perd aussi son temps. Et puis, faut pas oublier que les défauts sont des trésors qui peuvent devenir des qualités suivant les situations et inversement (ex ds le travail). D’autre part, comment profiler une personne sur « un » moment ; Cela restera rattaché à ce moment ou à un évènement particulier. Mais connaitra t on la personne ? De plus, personne n’est linéaire à tous moments d’une journée, semaine, mois, année, vie suivant des évènements passés, présents, voir à venir, des évènements inimaginablement divers, des plus simples au plus complexes.
    Pourquoi jouer une comédie pour plaire ?
    Je suis Sincèrement Désolée de ne pas comprendre ce « remu-méninges ». Pour ma part, si j’avais calculé, évalué de cette façon, je serais passée à côté de gens extraordinaires riches d’esprit, de gentillesse … .
    Si vous souhaitez vous affichez comme ceci ou cela, c’est donc que vous n’êtes pas !
    Dan

    Répondre
  17. Lallemand says:

    Bonjour Romain

    Comme d’habitude, excellent article !
    Je les connaissais tous , SAUF, les 2 et 7

    Le 6, à mon avis , bien qu’il puisse faire songer à :
    - l’assurance
    - la confiance en soi
    - l’autorité
    peut-etre très mal interprété par d’autres :
    - orgueil
    - volonté manipulatrice

    C’est malheureusement tellement facile de dénigrer.

    J’ignorais vraiment le 7ème : j’essaierai bientot

    J’ai hate de rejoindre le groupe des décodeurs
    dont vous me parlez.

    Cordialement

    Répondre
  18. Chaba says:

    Un geste subtil lors de la poignée de main avec une femme pour lui suggère que tu m’intéresses. Il consiste à faire un aller-retour avec le bout de son index lors du retrait de la main droite

    Répondre
  19. camus says:

    bonsoir Romain
    je suis tres heureux d’avoir trouver votre site
    j’adore la façon de nous faire découvrir la communication non verbal aussi simplement
    je suis dans la communication verbal depuis 3ans j’ai commencer debut 2009 en achetant des livres il n’y avait pas beaucoup de site sur la communication non verbal , j’ai trouver a l’époque
    lynx expert et j’ai pus apprendre a décoder en 1/16 de secondes les 7emotions
    je suis très observateur depuis tout petit et il y a 3ans j’ai trouvé ce qu’il me manquait
    donc je suis contant d’être tomber sur vous romain
    j’adore le sourire moi même je souris tout le temps et ma 2 préférence les yeux
    merci pour tes e mails Romain continue donne moi des défis j’adore apprendre
    a bientot

    Répondre
  20. K-LO says:

    Bonsoir !

    Une question : lorsqu’on croise les bras, ceci est-il forcément considéré comme un « geste d’opposition » ? N’est-il pas aussi le signe d’une assurance certaine ?
    Le message que l’on fait passer en croisant les bras n’est-il pas : on a l’air sûr de soi, rien ne peut nous ébranler ?

    Pourrais-tu m’éclairer à ce sujet ?

    Merci !

    K-Lo

    Répondre
    • Romain says:

      Bonjour K-Lo,

      Les bras croisées ne sont pas forcément un geste d’opposition. C’est une fausse croyance. Mais plutôt que de l’assurance, c’est une position où beaucoup de gens se trouvent simplement à l’aise.

      A bientôt,
      Romain

      Répondre
  21. Amélie G says:

    Bonjour Romain et encore un autre article intéressant !

    Le seul point qui me turlupine est en deux temps, à savoir les mains rentrées et les pouces dehors…

    1/ Il y a une catégorie professionnelle chez laquelle ce geste semble être un tic…. (les policiers, ce dans certains contextes)…. >>>> MOI… JE…. PUISSANCE.

    2/ J’imagine mal une femme avoir ce geste sans que cela dégage des commentaires du coup « non verbaux » et des impressions peu positives………

    C’était juste mon avis. :-) (que je partage avec moi-même !! rires !)

    Répondre
    • Romain says:

      Je suis d’accord que cette gestuelle est très masculine car elle encadre entre autres l’appareil génital masculin. Pour une femme, la position Akimbo pourra être un très bon artifice pour remplacer les pouces sortis.

      Romain

      Répondre
  22. atangana christine says:

    slt vos conseils sont très intéressant merci pour ce que vous fetes pour les gens.c’est très instructif.moi je vais essayer cela.j’aimerais participer aux test pour m’entrainer comment faire?

    Répondre
  23. jean pierre says:

    Que pourrait signifier selon vous le même geste que le steeple mais avec les doigt croisés?
    se pincer le menton avec le pouce et l’index a moitié replié?

    Répondre
  24. christiane says:

    le sourire est chez moi naturel et spontané même si la personne en face de moi est stressée, je l’a mets ainsi en situation positive J’avais adopté également la position du pouce visible

    Répondre
  25. Cartailler says:

    Bonjour,

    Je lis attentivement vos articles depuis peu, je les trouve très intéressant.
    Etant hypnotiseur de rue, nous utilisons couramment ce genre de geste pour essayer de relâcher le niveau de vigilance des personnes ce qui permet de rentrer plus facilement en contact et de passer une expérience plutôt extra ! ;-)
    Si vous avez d’autres gestes, attitudes, je suis preneur !

    Ayant lu votre eBook sur la détection de vérités, je m’étonne de ne pas avoir vu de paragraphe sur la direction du regard..

    Je rajouterai la position des mains croisés et la position des pouces (gauche au dessus /en dessous ?) Peut être est ce faux ?

    Merci de votre attention.

    Bonne soirée.

    Cordialement,

    Arnaud Cartailler / Hypnaudje

    Répondre
  26. LUCIANNA says:

    c’est très intéressant. est-ce que le geste steeple a le même sens lorsque les dits sont serrés.
    dans mon expérience professionnel, cela avait desservi un cadre (critique, voir moqueries).
    je découvre avec surprise qu’il faille serrer les mains. cela m’avait été reproché, mais je suis assez mal à l’aise de serrer comme cela des mains depuis l’épidémie de la grippe H1N1 avec le plan bleu et la consigne d’éviter de serrer les mains et d’embrasser

    Répondre
  27. Léonie says:

    Bonjour romain et merci pour cet article !

    J’aimerais revenir sur le point nº7 qui concerne la présence des pouces comme un signe de puissance.
    Mince, j’avais justement l’habitude de faire l’inverse ( les pouces dans les poches et les doigts en dehors ) lorsque je me sens à l’aise dans une situation, et cela venait naturellement.

    Aussi j’aimerais parler de ton article sur les gestes à ne pas faire, qui indiquait que mettre les mains dans les poches pouvait être mal vu.
    Même si nous sortons le pouce, une partie de la main reste à l’intérieur.
    C’est assez contradictoire…

    Je voudrai donc savoir si tu utilises le pouce comme signe de puissance,
    ce que tu penses des doigts laissés à l’extérieur
    et du fait de la peut être ressemblance entre les mains dans les poches et le pouce sorti.

    Voilà, j’espère que tu pourras m’éclairer sur les questions que je me pose,
    Léonie. :)

    Répondre
  28. PATRIZIA says:

    Romain, Entouré de personnes de plus d’1m,75 depuis que j’ai conscience, je garde l’habitude (ne pas soulever la tête) d’avoir d’abord une vision globale de l’individu (peu importe la taille), puis porte un intérêt particulier aux vibrations sonores et au raisonnement de celui/celle qui émet des idées/paroles. Les vibrations sonores sont un guide au quotidien. Encouragements pour ce que tu entreprends. L’échange avec « Maître Xavier » m’a bien fait rire ; les 2 passionnés de la Communication méritent de se rencontrer, c’est Bien ! Joyeuses Pâques !

    Répondre